mardi 6 octobre 2009

Les anciens ont la parole 1

Le compteur affiche plus de 75, mais son regard reste vif et malicieux. Assise dans un fauteuil à bascule, elle me confie une anecdote de sa vie.


A cette époque, elle devait avoir la quarantaine, elle était déjà veuve. Cependant encore jeune, elle n'avait pas renoncé à redonner vie à son lit. Elle plaisait encore beaucoup, avait de l'argent, il ne lui manquait rien. Bref, il y avait quelques hommes de passage qui étaient autorisés à partager sa couche mais jamais bien longtemps et, les périodes entre chaque nouveau, était assez espacées.

Un homme veuf, que rien ne différenciait des autres prétendants, lui faisait la cour depuis quelques temps déjà. Il venait souvent chez elle en journée pour discuter, aller se promener. Mais jamais il ne pouvait rester le soir. Il n'était pas déplaisant, il n'était pas mal habillé, ni grossier, ni ennuyant. Il était un peu près de ses sous et un brin trop collant.

Donc, un jour elle prend le téléphone et décide de l'inviter, en lui disant qu'ils vont fêter ensemble quelque chose, dans un magnifique restaurant gastronomique. Un de ceux où les couverts sont multiples à droite et à gauche et où, en cuisine, on trouve un saucier. Ils dîne en tête à tête, commandent du champagne, prennent du foie gras, des huitres, des viandes succulentes, un vrai repas de fête. Puis vient le moment des desserts et, le repas touchant à sa fin le prétendant lui demande ce qu'ils vont faire maintenant. Elle ne répond pas tout de suite mais lui envoie un de ses sourires ravageurs dont elle a encore le secret. Il rougit en s'imaginant ce qu'ils pourraient faire ensemble et, avant qu'il ait eut le temps de dire quoique ce soit, ou d'essayer finalement de l'inviter comme un vrai gentleman, elle le regarde droit dans les yeux et lui dit :

"- Vous ne vous êtes pas demandé ce que nous fêtions ?
- Non, c'est vrai. Cela avait de l'importance ?
- Oui.
- Ah ?! Et que fêtions nous alors ?
- La dernière fois que nous nous voyons


4 commentaires:

  1. Waow ! Du tempérament cette dame ! Il fallait oser :-D

    RépondreSupprimer
  2. ^^ ça se fête!
    Elle a bien du courage...

    RépondreSupprimer
  3. Bérénice et La Pingouine vous avez raison il faut oser :)

    RépondreSupprimer